L’usage du Web pour faire avancer la recherche en histoire

Il y a déjà quelques mois que je travaille sur l’histoire du village de Deschênes à Gatineau. Ce village renferme plusieurs histoires inédites et peu développées par l’historiographie québécoise. Je suis aussi très heureuse d’avoir commencé à développer mon projet d’essai final un an avant que le travail soit dû. J’éprouve plusieurs difficultés à trouver les sources primaires nécessaires pour obtenir une nébuleuse image du passé de ce petit village hors du commun dans l’histoire du Québec. Ces recherches donnent un sens au terme historia signifiant enquête en grec. Chaque concept ou les questions que je cherche à explorer m’amènent d’aventure en aventure.

L’histoire de Deschênes m’a amenée à fouiller les archives en Outaouais pour faire l ‘analyse d’un plan d’assurance-incendie Goad et la maison sur le Homestead de R & W Conroy. Ces deux enquêtes m’ont beaucoup appris sur la rigueur et la méthode en histoire. J’ai utilisé les sources primaires et j’ai reconnu leurs valeurs dans l’interprétation de l’histoire. Ces analyses ont aussi laissé place à vouloir enquêter davantage l’histoire de Deschênes, car plusieurs questions sont laissées en suspend.

Présentement, le questionnement se centre surtout sur le peuplement des cantons en Outaouais, sur le rôle des grands propriétaires terriens dans le développement économique au 19e siècle et sur le début des villes en région. Ce questionnement semble banal au premier abord, mais il est rapidement remarqué que l’historiographie québécoise n’en révèle que quelques fragments ici et là de ces histoires surtout lorsque le sujet se situe en dehors de la zone seigneuriale et des Cantons-de-l’Est. Cette histoire est aussi intimement liée à celle du Haut-Canada et le lieu qui se dispute le nom de la nouvelle capitale de la province du Canada et du nouveau pays, Ottawa. Il demeure aussi que je n’ai absolument rien trouvé sur le développement des homesteads au Québec et leur rôle dans l’établissement des premières municipalités dans les cantons.

Ce silence dans nos livres d’histoire et dans les revues spécialisées m’a amené à communiquer avec les experts en histoire de l’Outaouais. J’ai compris que j’étais peu familière avec le développement des cantons et que cette lacune ne me permet pas de regarder les bonnes pistes d’enquête. Je commençais à désespérer, car il ne m’était pas possible de poursuivre mon enquête et surtout la recentrer le sujet de ma recherche. Je voulais aussi me préparer à mon enquête dans les archives du fond Conroy. Je voulais surtout savoir ce que je devais chercher et préciser dans mon enquête.

J’ai d’abord soulevé mon questionnement initial sur le réseau social « Twitter ». Vicky Lapointe, ancienne étudiante à Sherbrooke et responsable du blogue Histoire, patrimoine et multimédia  m’a suggéré de consulter Google Book. J’espère qu’elle lise ces lignes afin qu’elle sache que j’ai trouvé une belle mine d’or. Je suis maintenant en mesure d’écrire quelques paragraphes à ce sujet sur le site Web que je suis à concevoir. Quelle richesse que d’avoir des sources numérisées si accessibles, malgré mes réticences éthiques à utiliser ces ressources. Il y a toujours des luttes sur les droits d’auteur avec cette ressources et étant moi-même auteure, je suis préoccupée par la numérisation des livres. Il demeure que je me sens privilégiée par ce sentiment de se savoir épauler de loin et de près avec les technologies de la communication.

Dans ma démarche, j’ai aussi pris contact avec des historiens locaux. J’ai d’abord communiqué avec mon tuteur, monsieur Léon Robichaud. Il m’a suggéré des ressources qui m’éclairent sur le sujet. J’attends aussi mon rendez-vous avec Monsieur Richard Bégin qui est très familier avec l’histoire de la famille Conroy d’Aylmer. Cette famille est propriétaire du homestead sur lequel s’est développé le village.

J’ai aussi partagé mes préoccupations dans un courriel à Monsieur Bruce Elliot, professeur à l’université Carleton à Ottawa. Il se spécialise en histoire de ma région. Il a écrit sur l’histoire de Nepean qui est la voisine au sud du Lac Deschênes sur l’Outaouais. Ses réponses m’ont éclairée beaucoup sur le système des leaders des cantons. Il m’a confirmé qu’en Outaouais, Philémon Wright est notre leader et le recruteur de colons. Il est le seul à détenir ce titre en Outaouais.   Il m’a reconduite à ma propre histoire régionale pour saisir le processus d’immigration au début du 19e siècle et il m’a dirigé vers des fond d’archives à consulter. J’ai de nouvelles pistes de recherche qui voient évoluer ce travail.

Il me reste à mettre la main sur la revue Histoire sociale/Social History pour trouver les articles qu’il m’a recommandé. Monsieur Elliot m’a surtout mise sur des pistes d’investigation très intéressante pour garder un œil attentif dans mon retour dans la recherche du Fond Conroy. J’en suis à trouver les traces très intéressantes sur le développement des cantons en Outaouais. Il est dommage que les articles de cette revue ne soit pas disponible dans notre bibliothèque. Je devrai me rendre à l’université d’Ottawa pour en obtenir des copies.

Je peux alors dire que cette semaine, mon enquête ne cesse de surprendre et de soulever l’attention des gens intéressés à l’histoire de ma région et au patrimoine. Il est aussi rare que l’on traite de l’histoire des colonisateurs sous son angle du développement des homestead au Québec. La seule référence en Outaouais est le Homestead de Philémon Wright à Hull qu’il qualifie dans son journal personnel. Je suis à lire ce journal pour mieux saisir les enjeux et caractériser le développement dans les cantons en Outaouais.

L’intrigue est poussée plus loin par les irrégularités dans les transactions des biens fonciers qui rendent aussi la tâche du chercheur ardue surtout si ses connaissances sur la distribution des terres aux colonisateurs britanniques demeurent nébuleuses. L’intérêt réside aussi par toute cette grande histoire qui se révèle par des sources primaires. Elles nous amènent à l’intérieur du milieu de vie des habitants des communautés qui se développent au 19e siècle. Elle me transporte aussi dans cette petite communauté qui s’identifie toujours à Deschênes malgré les fusions de 1976 et de 2001.

Bonne continuation…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s