Le site Web : Parcours du patrimoine

Je tiens à vous informer que j’en suis à construire le site Web Parcours du patrimoine. Ce site vise à amener l’utilisateur à identifier le bâtisseur et le premier propriétaire de la maison au 84, chemin Vanier. Ces connaissances permettent ensuite de voir aux usages de cet imposant bâtiment historique à la porte d’entrée de l’ancien village de Deschênes.

Voici le lien pour vous rendre au centre des mystères entourant les titres de propriété de la maison : Parcours du patrimoine

La maison grise au 84, chemin Vanier

La maison grise au 84, chemin Vanier à Gatineau

Collection : Lisa Mibach, 2010

Des questions simples pour une démarche d’enquête en histoire sur le Web

Il demeure encore nombreuses questions que je tente de répondre. Le temps commence à presser pour ajouter les divers contenus que me révèlent les traces du patrimoine de cette maison. Ainsi au cours de la prochaine semaine, j’ajouterai les contenus qui me permettent d’expliquer l’histoire de cette maison à partir des traces du patrimoine qui la définissent jusqu’à présent. L’utilisateur du site est alors placé dans une démarche d’enquête semblable à celle que je vis présentement. Il a l’avantage de ne pas avoir à courir les différents centres d’archives et le centre des registres des propriétés fonciers.

Je tiens aussi à avertir l’utilisateur qu’au début mon intention était de dresser un bref portrait historique de ce bâtiment. Il s’est révélé de nombreux mystères qui font en sorte que les recherches se poursuivent toujours depuis un peu plus de six mois. Ce bâtiment figure sur la liste de l’inventaire du patrimoine bâti à la Commission de la capitale nationale du Canada (CCN). Cette liste est un inventaire des propriétés foncières à valeur historique dans la région environnante d’Ottawa.  Il y a aussi listé le garage de wagon de tramway de la Hull Electric Railway Company, le bâtiment face à la maison du 84, chemin Vanier.

La liste des bâtiments historiques de la CCN

Le registre de la propriété de la CCN liste les titres d’enregistrement et les subdivisions du lot 15 a). Cette liste offre un regard neuf pour lire les rôles d’évaluation municipaux et la valeur des biens fonciers. Il permet même de déterminer la date d’acquisition des différentes propriétés où se développe le village de Deschênes depuis 1938. Il est aussi intéressant que cette liste identifie la parcelle ouest du lot 15. Les titres de cette parcelle réfère à la lettre patente foncière de Chs. C. Day en 1836.

L’énigme du lot 15 se pose de nouveau et elle s’élargit en apprenant à connaître différents contextes de ce litige entre les familles Day, McConnell et Conroy à cette époque. L’énigme du lot 15 élargit notre perspective de l’histoire sur le lot 15 en 1836. À titre d’exemple, il est intéressant de noter que Charles Dewey Day « avait commencé sa carrière politique en avril 1834 en protestant publiquement contre l’appui accordé par la chambre d’Assemblée aux Quatre-vingt-douze Résolutions de Louis-Joseph Papineau »(Miller, Encyclopédie biographique du Canada). Il est aussi à rappeler que le lot 15 convoité est une terre du clergé protestant et britannique. Elle est aussi un lieu de portage et d’arrêt sur la route de la traite des fourrures. Ithmar Day, son père, opère un magasin général, une scierie et un poste de traite aux rapides Deschênes. Il est aussi intéressant à noter qu’Ithmar Day, cède ses droits de traite à James McConnell en 1836 selon Michael Newton.

Le passage du commerce des fourrures à l’industrie du bois

J’ai pu obtenir une copie des recherches de Michael Newton sur la traite des fourrures dans la région de Gatineau-Ottawa de la CCN. Cette recherche éclaire sur le commerce des fourrures sur l’Outaouais et son bassin versant. Il se trouve des cartes qui nous démontre le réseau hydrographique servant au transport de la fourrure. Il est alors facile à comprendre le maintien des activités de la fourrure et de son influence sur l’essor de l’industrie du bois en Outaouais.  Newton nous informe sur les liens étroits entre le commerce des fourrures et les barons du bois. Un ne va pas sans l’autre nous spécifie-t-il. Cet article nous informe clairement les litiges de 1821-1836 sur le lot 15. En 1836, Ithmar Day quitte la région et il va vivre dans l’ouest. Charles Dewey Day obtient alors les titres sur la parcelle ouest du lot 15. James McConnell obtient comme mentionné plus tôt les droits sur la traite des fourrures et Robert Conroy exploite alors les scieries obtenu dans l’héritage de son épouse Mary McConnell. Ainsi, fidèle à lui-même, chaque pas entrepris pour percer l’énigme du lot 15 nous conduit vers des pistes riches en histoire peu connu à une période même où se construit un nouveau portrait des deux Canadas. L’ouvrage de Newton adresse aussi la présence amérindienne sur les terres près du poste de traite aux rapides de Deschênes. Il est intéressant d’apprendre de nouveau sur leur présence près de la rivière des Outaouais. J’avais déjà dénoté leur présence dans le rôle d’évaluation de 1904.

Le magasin Day & McGillivray en 1821

L’ouvrage de Newton m’a été suggérée par Bruce Elliot qui a lui-même effectué des recherches sur la localité de Nepean qui est sur la rive sud de l’Outaouais juste en face de l’ancien village de Deschênes. Nepean est aussi à l’ombre de sa voisine imposante, Ottawa selon le titre de son livre : The city beyond, History of Nepean, birthplace of Canadian Capital, 1792-1990. J’ai obtenu une copie de ce livre livre cette semaine. Mon intérêt réside dans la mention d’une carte situant un bâtiment commercial Day & McGillivray à Deschênes en 1831 à la page 11. McGillivray réside à Nepean et il entretient des liens étroits avec Ithmar Day. Il s’établit même un rituel où les deux hommes se visitent un et l’autre régulièrement en traversant la rivière en canot. C’est McGillivray qui sera le témoin de Day dans le litige du lot 15 commençant en 1821. Il est aussi à noter que la carte certifie alors la présence d’un grand bâtiment et de Day à Deschênes en 1831. Le bâtiment serait-il la maison du 84, chemin Vanier ? Malheureusement, il n’y a toujours aucune trace de ce bâtiment dans les différentes sources consulté dans les différents fonds d’archives.

La Deschênes Electric Company

Le livre City Beyond nous informe aussi sur les activités de la Deschenes Electric Company et sur la transmission de l’hydroélectricité à la fin du 19e siècle. Il s’établit une ligne de transmission entre Nepean et Deschênes. Ce projet est vertement contesté par la Ottawa Electric Company qui en arrive à force de revendication et en arrive à une interdiction de l’importation de l’hydroélectricité des barages situés au nord de l’Outaouais. Cette situation est fâcheuse d’autant plus que la Ottawa Electric Company fournit l’électricité sur l’île de Hull à la même époque. Ce litige est peut-être une raison qui explique en partie, les difficultés financières de la Deschênes Electric Company. J’ai cependant eu la merveilleuse surprise que la Deschênes Electric Company à survécu aux nombreuses intempéries qui ont veillé à la presque la voir disparaître au main de spéculateurs. Il est rassurant de voir que les femmes Conroy maintienne ardemment les titres sur les entreprises hydroélectriques de leurs frères aux rapides de Deschênes. Il y a aussi une preuve dans la liste des terrains de cédés et acquis du lot 15 à la CCN. La Deschênes Electric Company est toujours présente à Deschênes en 1950 selon la liste des bâtiments historiques du lot 15 préparée par Carmen Robitaille à la CCN.  Ainsi, continue la quête pour connaître l’origine de la maison. Il est facile de constater l’ampleur des faits qu’elle permet de révéler et de toute l’histoire qui s’en dégage dans cette chasse des preuves nécessaires à l’identifier.

Heureusement, la liste des bâtiments historiques de Carmen Robitaille offre aussi un outil utile pour lire les rôles d’évaluation foncier de la municipalité à la ville de Gatineau. Elle fournit une liste des subdivisions du lot 15 a) nous informe sur l’évolution de la partie est du village Deschênes. Il y a une liste des numéros d’enregistrement et des cadastres de résultant des subdivisions. Il est ainsi plus facile de connaître l’évolution démographique du village.  nous permettent de cerner davantage les cédants et les acquéreurs des propriété. Il ne fait pas mention du lot 142 sur lequel la maison est située en 1901. Ainsi malgré que ce registre éclaire sur divers éléments se trouvant à Deschênes, sur les différents acquéreurs des propriétés foncières et sur les transferts des titres de propriété suite à la dissolution de la Hull Electric Company. L’énigme nous conduit alors vers d’autres sources qui nous permettent de creuser davantage dans l’histoire de la région. Après plus de six mois de recherche, cette maison demeure énigmatique et fragilisée dans l’absence de ces titres.

Les mystères enfouis dans l’énigme d’une maison révélatrice d’histoire 

Et dire, que cette maison n’était qu’un petit élément pour faire le portrait de la porte d’entrée du village de Deschênes. Je voulais en connaître davantage sur ce bâtiment à risque de disparaître du patrimoine bâti de Gatineau. J’ai considéré qu’elle mérite l’attention de la recherche en histoire, car elle est une composante  importante du patrimoine de l’ancien village. Le 84, Vanier s’est cependant révélée être une maison aux nombreux mystères qui se sont vécus dans le village. Ses énigmes nous conduisent vers des détails qui déroute la chercheure. Ils présentent cependant  les différents enjeux qui se sont vécus aux abords des rapides de Deschênes. Ainsi, ce parcours du patrimoine expose l’ensemble de cette démarche qui m’amène au coeur de nombreuses histoires peu connues pendant la période que se construit le Canada.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s