Résolution d’une partie importante de l’énigme et la critique des sources

La solution à l’énigme de la maison du 15 b) dans les titres de propriété du 15 a)

L’inventaire après décès est une source archivistique intéressante. Il permet de collecter des données précises. Ils décrivent les parts de la succession. Il demeure que trouver la maison du 84, chemin Vanier nécessite un œil  averti. Elle est juste nommée et son lot n’est pas précisé. D’autant plus, les inventaires après décès de Robert Conroy et de Mary McConnell nous révèlent à leur façon des petits indices nous conduisant vers le lot dans l’inventaire de Robert Conroy. L’inventaire de Mary nomme le bâtiment, rien de plus.

La complexité de l’énigme rend difficile de retracer un objet précis malgré qu’il soit dans ce cas-ci un bien immobilier. La maison ressemble drôlement à un bien dont les propriétaires ont peu avantage à faire connaître. Il n’est pas possible d’utiliser l’inventaire après décès comme source unique. Il exige que l’on croise des sources pour en faire valoir la conjoncture d’une situation précise.

L’inventaire après décès

L’inventaire de décès nous offre un portrait sociologique et des informations sur l’aisance matérielle du défunt par la précision émise dans le document. Toutefois, elle ne peut pas servir de source unique pour étayer une hypothèse selon George Bervin, surtout quand on a affaire à une famille de la bourgeoisie marchande bas-canadienne (Bervin, 1984). L’évidence se dissimule à travers le jargon juridique et des termes vagues pour localiser certains endroits précis. La difficulté demeure dans la possibilité de retracer lieu de capital qui donne l’apparence que l’on ne veut pas faire connaître sa source.

L’inventaire après décès de Robert Conroy

L’inventaire après décès de Robert Conroy spécifie les titres de propriété sur le “lot number fifteen on the first Range of the township of Hull ”. L’inventaire spécifie aussi que ces titres s’étirent sur les 200 acres de ce terrain. La propriété près des rapides de Deschênes comprend aussi les lots 14 et 16 sur le premier rang. Il y a une description des différentes entreprises situées à l’endroit spécifié. Quelques pages plus loin, il y a une description floue des propriétés près d’Aylmer sur le rang deux. Il y a ensuite une description d’un découpage des lots des environs de ce village. C’est alors que se glisse “a store cottage known as the Homestead“. Cet indice nous rappelle les titres d’enregistrement foncier de 1901. C’est aussi en croisant cette donnée à une photographie ancienne dont j’ai obtenu les droits d’utilisation de l’Association du patrimoine d’Aylmer qu’il devient de plus en plus évident que les références au Homestead des Conroy sont aussi aux rapides de Deschênes.

Grist Mills, Deschênes

Discrétion de la maison

La maison du 84, chemin Vanier se fait aussi discrète dans l’inventaire après décès de Mary McConnell. Il est surprenant de remarquer le bâtiment historique sous un autre œil dans l’inventaire de l’épouse de Robert Conroy. Je vous reviendrai sur ce sujet dans un prochain article. L’inventaire de Mary nous permet  toutefois d’affirmer l’authenticité historique de la maison du 84, chemin Vanier. Elle a été un  magasin opéré par deux hommes dont un est dénommé McGillivray. Le bâtiment est alors un lieu de commerce en 1887. Cette trouvaille résout quelque peu le mystère des titres de propriété dans l’inventaire de la famille Conroy.

Le nom derrière la propriété dans l’inventaire après décès

Le nom McGillivray retient notre attention. Les titres d’enregistrements nous prouvent alors leurs limites. McGillivray est un partenaire installé à Deschênes depuis plus d’une génération avec la famille Day, les voisins des Conroy sur le lot 15. Il faut aussi dire qu’il existe deux lettres patentes sur les titres de ce lot en 1836. Une au nom de  James McConnell sur la terre du clergé et l’autre à Charles Dewey Day sur la partie ouest.

Le père de Charles est le marchand Ithamar Day de la Compagnie de fourrure du Nord-ouest de Montréal. Il est un ancien révolutionnaire combattant les armées britanniques dans la guerre de l’indépendance américaine. Il est originaire du Vermont. Il installe un poste de traite et un magasin avec son associé McGillivray après avoir résidé à Montréal quelques années.  Son fils, l’avocat et le juge, Charles Dewey Day obtient les titres du lot sur lequel sied notre fameux bâtiment historique. Ithamar a installé un poste de traite et un magasin sur le lot 15. Il part de l’Outaouais pour l’ouest américain en 1832. Il lègue un part de ses opérations à McGillivray et des privilèges de traite à McConnell.

Il commence alors à se confirmer de l’authenticité de cet imposant bâtiment historique au 84 chemin Vanier. Elle prouve aussi que ses origines sont plus lointaines qu’anticiper. Il est alors possible de reculer la date possible de sa construction entre 1821-1887.

Réalités de la limite des sources d’archives

L’histoire de ce bâtiment historique nous plonge alors au cœur de la bourgeoisie marchande au 19e siècle en Outaouais. Ses liens avec l’élite montréalaise et de la région de l’Outaouais deviennent évidents avec chaque trace qui s’ajoute pour retracer les origines du 84, chemin Vanier. Elle amène vers le capital réel de la bourgeoisie marchande anglophone ayant des intérêts dans la région de l’Outaouais. Nous n’avons qu’à penser Charles Dewey Day est le premier doyen de la faculté de droit de l’université McGill pour s’en convaincre.

Il devient alors évident que cette enquête prend maintenant différents sens et que retracer l’histoire d’un bâtiment ressemble drôlement à la reconstruction d’un arbre généalogique. Il s’agit de retracer son histoire de famille. Cette famille est celle qui l’a vu naître, qui en a fait usage et qui nous l’a conduit jusqu’à nous. À l’exemple de la généalogie, les traces de la quête des ancêtres devient parfois très complexes. Elles exigent de nombreuses recherches pour suivre la lignée. À l’exemple de la généalogie, un ancêtre peut nous donner des problèmes qui bloquent la continuation de la reconstruction de l’arbre généalogique. La maison du 84, chemin Vanier est floue et sans description dans la lignée McConnell. Il n’est pas possible pour l’instant de voir à ce que Charles a fait du poste de traite une fois qu’il a obtenu les titres sur la propriété de son père. Ainsi, l’enquête nous amène sur différentes pistes pour dresser son historique.  Il s’agit alors que l’on prenne un recul pour utiliser à son avantage les récits qu’elle nous lègue… Le recul est nécessaire pour faire bon usage des traces du passé et de les utiliser pour en reconnaître la valeur de l’histoire des familles qui ont vu à développer le village de Deschênes, chacune à leur façon…

Analyse critique des sources

Ainsi commencent à s’intégrer tranquillement des aspects riches et intrigants sur un passé peu connu de notre histoire grâce à une enquête sur les origines d’une maison ancienne. Il y a plusieurs pistes possibles qui demandent plus de recherche et d’approfondissement. Il faut alors que je me rappelle que j’écris un essai dans le cadre de cette maîtrise en histoire.

Les nombreuses histoires léguées par les différentes sources nous confie parcimonieusement des pistes de recherches qui méritent l’attention du chercheur. Ces pistes sont trop nombreuses pour toutes les poursuivre dans le cadre de ce travail. Il est certain qu’il est possible d’approfondir dans différentes directions le riche passé que le bâtiment historique conserve entre ses murs.  Il demeure que le chercheur doit se dresser un limite afin de ne pas se sentir dans un labyrinthe. Mon but est de connaître les origines du village de Deschênes. alors, la trace trouvée dans l’inventaire de Mary McConnell me suffit pour l’instant, car j’ai déjà de nombreuses traces tangibles qui m’amènent à recomposer un portrait plus précis de l’histoire de ce petit village à partir d’un bâtiment historique sied à la porte d’entrée de la rue principale nous menant aux rapides de Deschênes.

Le cybermystère

Le cybermystère proposé sur le parcours du patrimoine est un moyen utile en recherche en histoire. Il laissera place à l’ajout des résultats de recherche avec le temps. Il me permet d’analyser mes sources et de faire état de la méthodologie anticipée. Il me rappelle cependant que pour l’instant je dois être en mesure de bien utiliser les documents d’archives nécessaires pour en arriver à prouver de l’existence de cette maison au 19e siècle. Ce processus me permet ainsi de voir à approfondir sur les connaissances que ce bâtiment historique  me véhicule dans les fonds Conroy et dans ses titres fonciers.

Des concepts, des mots et des interprétations

Il s’agit alors de voir avec sérieux au sens des mots comme rang, Canton, la propriété foncière, la bourgeoisie marchande et le lègue de son patrimoine au 19e et au début du 20e siècle. Je me dois aussi de prendre un recul afin de faire une analyse éclairée des traces que me lègue le patrimoine de cette maison. Il s’agit aussi de comprendre les différents concepts qui s’y rattachent. Ils sont des éléments qui nous permettent de retracer le réel capital de la bourgeoisie en terre de colonisation. Ces connaissances nous amènent à reconnaître la valeur des documents utilisés et de les interpréter avec un regard éclairé. Ces sources nous font découvrir le milieu de travail de la bourgeoisie marchande d’Aylmer au début du 19e siècle et les différentes transactions qui s’opèrent autour et sur ce lieu. Il est à notre avantage de bien reconnaître les forces et les limites des sources archivistiques comme le démontre l’idée de trouver un simple nom familier dans les archives. Ce recul contribue aussi à déterminer la valeur de ce bâtiment historique dans notre patrimoine.

L’usage de sources multiples

Il y a aussi les nombreuses traces avec lesquelles j’ai acquis pour retrouver le nom du bâtisseur de ce bâtiment. Il faut être en mesure d’authentifier le bâtiment et éclairer sur ses origines. La collecte de données comprend des photographies anciennes, des documents iconographiques, des photographies aériennes, cartes et plans anciens (assurance-incendie, cantons, plans d’évaluation foncière, tracés de chemin de fer), les titres d’enregistrement, des documents légaux, des actes notariés et des rôles d’évaluation municipale.

Il faut vraiment apprendre à s’en servir pour authentifier l’existence des lieux à un temps lointain. Cette grande variété de sources est nécessaire quand nous avons affaire à l’élite marchande du 19e siècle. Elle sait très bien cacher la source de ses revenus et la valeur exacte de son patrimoine. Elle nous conduit dans différents imbroglios. Chaque pièce justificative trouvée nous conduit souvent sur des pistes surprenantes qui nous mènent dans différentes directions.

Analyse à partir de sources multiples

Il s’agit alors de voir à faire un usage critique de ces sources, car leur analyse judicieuse est nécessaire pour être d’abord en mesure d’interpréter ce qu’elles nous révèlent. Ces connaissances sont nécessaires pour en faciliter le repérage. Elle permet de déterminer leurs forces et leurs limites. Ce regard est aussi nécessaire pour en révéler la richesse des documents utilisés. Enfin, le regard critique sur les sources nous détache de notre sujet afin de maintenir l’objectivité recherchée en histoire.

Parcours du patrimoine

Cette semaine,  j’ai ajouté du contenu à mon site Web pour voir à l’histoire de McGillivray et du père de Charles Dewey, Ithamar Day. Je développe davantage mon regard critique. Il demeure que j’ai resté dans le domaine de l’interprétation afin de mettre en place le contexte dans lequel débute l’histoire de Deschênes. Elle est une histoire inusitée de l’historiographie québécoise. Elle offre cependant des indices intéressants pour comprendre par la suite le développement du village de Deschênes.

Je partage alors avec vous le mystère du poste de traite aux rapides  de Deschênes qui a probablement vu naître la maison du 84, chemin Vanier. Il s’agit ainsi pour moi de reconstruire une partie de l’histoire de ce bâtiment historique mystérieux à partir des documents trouvés dans les sources archivistiques du Fond Conroy. Ce mystère nous ramène aussi au besoin d’utiliser différents documents afin d’interpréter et de justifier son existence sur le territoire gatinois et de prouver de sa grande valeur historique.

Qui sait ? L’activité sur le lot 15 a peut-être contribué à inspirer l’artiste de cette peinture à l’huile…

Bibliothèque et Archives Canada :  C-002772  Crédit :  BAC, No. Acc. 1989-401-4
Groupe de voyageurs autour d’un camp de feu ca. 1870
Source : Bibliothèque et Archives Canada C-002772
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada Acc. No. 1989-401-4

Références et sources

Archives  du centre régional d’archives de l’Outaouais, Pétition de Mary McConnell de 1836. Fond Conroy, P 154, D1, Archives nationales du Québec.

Archives  du centre régional d’archives de l’Outaouais, Déposition de Murdoch McGillivray signée en 1857. Fond Conroy, P 154, D1, Archives nationales du Québec.

Archives du centre régional d’archives de l’Outaouais, Inventaire après décès de Robert Conroy, Fond Conroy, P 154, D7, Archives nationales du Québec.

Archives du centre régional d’archives de l’Outaouais, Inventaire après décès de Mary McConnell. Fond Conroy, P 154, D , Archives nationales du Québec.

Archives de l’Association du patrimoine d’Aylmer, May 12-28, Grist Mill, Photographie B-0030, Liste de photographies de l’Association du patrimoine d’Aylmer, Gatineau.

Bervin, George, « Les sources archivistiques : leur utilisation dans l’étude de la bourgeoisie marchande bas-canadienne (1800-1830) », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 38, no2, 1984, p.203-222.

Bibliothèque et Archives Canada, document iconographique, peinture faisant partie de : Hopkins Collection, Hopkins, Frances Anne (1838-1919), Groupe de voyageurs autour un camp de feu ( Ontario? ), ca. 1870, NUMÉROS DE RÉFÉRENCE : ACQUISITION : 1989-401-4, REPRODUCTION : C-002772 – before conservation, Droit d’auteur : Expired, Crédit : Library and Archives Canada, Acc. No. 1989-401-4 , Numéro d’inventaire : op0096, SOURCE: ICON 50656

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s