Étiquette : Transport fluvial

Robert Conroy aux premières heures du village d’Aylmer

Robert Conroy aux premières heures du village d’Aylmer

Vers 1830, la région de l’Outaouais est en pleine transformation grâce à l’essor de l’agriculture et du commerce du bois, aux manufactures aux chutes Chaudières et à la construction du canal Rideau. Les chutes et les petits rapides Chaudières ainsi que les rapides Deschênes forment une barrière naturelle qui sépare les cours inférieur et supérieur de la rivière des Outaouais[1]. Ainsi, cette barrière pose un problème au transport de la marchandise et aux mouvements migratoires vers l’ouest de la région de l’Outaouais au début du 19e siècle. De ce fait, les voyageurs sur la voie navigable doivent nécessairement débarquer de leur embarcation aux chutes Chaudières et transiter par le chemin d’Aylmer pour atteindre, par le lac Deschênes, la partie supérieure de la rivière des Outaouais.

Cependant, certains visionnaires de l’époque savent tirer profit de cet obstacle naturel. C’est le cas de Robert Conroy, un jeune Irlandais né en 1811 à Magherafell dans le Comté de Derry[2], qui arrive au bas des chutes Chaudières en compagnie des frères McGillivray, des marchands de Montréal, au début des années 1830[3]. Ces hommes célibataires sont de l’ancienne Compagnie du Nord-Ouest fusionnée en 1821 à la Compagnie de la Baie d’Hudson qui délaisse alors les opérations de Montréal au profit des postes de traite nordiques de la baie d’Hudson. Les environs des chutes Chaudières sont désormais ouverts aux négociants de fourrure indépendants de l’ancienne Compagnie du Nord-Ouest de Montréal[4]. Dès son arrivée, Robert Conroy s’investit dans les activités de transbordement dans les environs du lac Deschênes et « […] devient l’un des entrepreneurs les plus énergétiques à s’établir à Aylmer[5]. »

En 1837, Robert Conroy épouse Mary McConnell, la fille de William, un des trois frères McConnell faisant partie du groupe d’associés de Philemon Wright lors de l’établissement du canton de Hull[6]. Ces frères développent de grandes fermes le long du chemin d’Aylmer. De plus, leurs concessions forestières les mènent jusqu’au pied du lac Témiscamingue[7]. Cette famille connait très bien les difficultés de déplacement et d’accès aux ressources sur la rivière des Outaouais, y ayant voyagé à maintes reprises.

Pendant ce temps, en amont des chutes Chaudières, l’introduction des premiers bateaux à vapeur augmente l’activité fluviale à L’abord-à-Symmes d’Aylmer qui prend vite figure d’un port de mer au Bas-Canada[8]. « La vocation d’Aylmer comme lieu de transbordement de marchandises accéléra son développement. La route d’Aylmer, lien entre Aylmer et Hull, devient l’axe le long duquel s’établirent les premiers colons[9]. » Robert Conroy profite de ces installations en s’associant au neveu de Philemon Wright, Charles Symmes, qui « […] peut être à bon droit considéré comme le fondateur de la ville d’Aylmer[10]. » Conroy se porte finalement acquéreur de L’abord-à-Symmes quelques années plus tard[11].

En outre, Robert Conroy ne lésine pas sur le travail. Déjà, en 1834, Robert Conroy érige son premier hôtel, le Aylmer, à proximité des bâtiments construits sur la rue Principale en 1822 par les Wright pour Charles Symmes[12]. À la fin des années 1830, Robert Conroy entreprend la construction de son fameux hôtel British[13] « […] à l’époque où Bytown n’avait alors qu’une simple cabane en bois rond comme hôtel, près du pont des Sapeurs[14]. » L’hôtel British est un haut lieu d’activités dans le village d’Aylmer, servant autant pour les soirées mondaines que d’église, d’école, de salle d’assemblée au premier conseil municipal et, temporairement, de Cour supérieure du district d’Ottawa. Par ses hôtels, Robert Conroy joue un rôle politique important dans la région en plus d’être un acteur imposant dans le recrutement et l’établissement de la main-d’œuvre et des colons[15].

C’est à partir de 1848 que la famille Conroy délaisse en partie ses opérations hôtelières[16] pour profiter de l’essor de l’industrie forestière et de l’activité fluviale sur la rivière des Outaouais[17]. Entre 1840 et 1850, Robert Conroy ne détient toujours aucune limite forestière[18], malgré le fait qu’il soit un négociant de bois et un marchand (lumberer[19]) ayant rapporté de nombreux radeaux de bois sur la rivière des Outaouais. En fait, il profite des concessions forestières du magnat de l’industrie du bois, John Egan, dans les comtés de Renfrew (Canada-Ouest) et du Pontiac (Canada-Est)[20]. À Bonnechère[21], dans le comté de Renfrew, Conroy aménage un quai d’embarquement et un magasin-entrepôt qui donnent accès aux limites forestières de Egan[22]. Le quai permet alors d’acheminer le bois jusqu’au bas des rapides des Chats sur la rivière des Outaouais[23]. Les bateaux à vapeur s’affairent à remorquer les radeaux de bois assemblés en amont du lac Deschênes. Grâce aux vastes limites forestières de la famille McConnell et de John Egan ainsi que ses liens avec les marchands de la région, Robert Conroy se démarque dans l’acheminement des ressources forestières de l’Outaouais.

Par ailleurs, Robert Conroy est du groupe de bâtisseurs d’Aylmer en devenant un actionnaire important dans les entreprises locales. Il s’implique financièrement auprès des marchands locaux en développant, entre autres, l’Aylmer Union Steam Mill Company[24], l’Aylmer Bakery[25], l’Upper Ottawa Steamboat Company[26] et The Bytown & Aylmer Union Turnpike Company[27]. Cette dernière voit au financement du projet de reconstruction et d’entretien du chemin d’Aylmer qui génère des profits grâce à deux postes de péage. Cette route macadamisée[28] relie les auberges Conroy d’Aylmer au pont de l’Union à Bytown (Ottawa)[29]. Un service de diligences y circule ce qui fait des établissements Conroy l’un des premiers groupes à offrir un service permanent de transport dans la région[30].

Cependant, le succès ne sourit pas toujours à Robert Conroy. Par exemple, en 1854, il se joint, à titre d’actionnaire, au projet du Montreal & Bytown Railway qui envisage d’instaurer une ligne de chemin de fer reliant Montréal à Bytown par la rive nord de la rivière des Outaouais[31]. La malchance et les difficultés financières de cette compagnie à charte conduisent à l’abandon de la construction de cette ligne de chemin de fer[32]. Montreal & Bytown Railway n’a réussi qu’à bâtir le tronçon Carillon-Grenville à la fin des années 1850[33].

À cette époque, la diversification économique est une mesure essentielle pour protéger les négociants du bois devant l’incertitude des marchés extérieurs où les investissements sont sujets aux soubresauts de l’offre et de la demande. « Étant donné la forte stratification des groupes économiques dans la région, quelques membres se révèlent plus en mesure que d’autres de se protéger : certains font face à la faillite, d’autres à la misère[34]. » Les Conroy savent faire preuve de stratégie en élargissant leur inventaire foncier par l’acquisition de propriétés dans le comté d’Ottawa (Canada-Est), de Nepean, de Renfrew et d’Hasting (Canada-Ouest)[35]. La prospérité de Robert Conroy et de sa famille devient évidente, quand, en 1855, ils aménagent une des résidences de pierre des plus prestigieuses à Lakeview, au cœur du village d’Aylmer[36].

Dès 1857, la famille Conroy prend possession d’un vaste ensemble de terres riveraines du patrimoine de la famille McConnell, près des rapides Deschênes, sur le premier rang du canton de Hull, parmi les territoires les plus parcourus par les voyageurs naviguant sur la rivière des Outaouais depuis plusieurs siècles. Ces propriétés, situées le long des chemins d’Aylmer et de Vanier, sont traversées par les routes principales qui assurent le mouvement migratoire vers le nord et l’ouest de la région de l’Outaouais. De plus, ils possèdent également deux grandes fermes[37], des scieries, une meunerie, des logements de location pour les travailleurs[38], un inventaire de magasins-entrepôts, des hôtels à Aylmer, des actions dans les entreprises locales et des quais d’embarquement sur le lac Deschênes[39]. Ainsi, Robert Conroy a, en un coup d’œil, un regard sur les groupes de voyageurs descendant ou remontant l’Outaouais supérieur à partir de L’abord-à-Symmes ou aux rapides Deschênes. Donc, par l’acquisition des différents lots du premier rang, les Conroy s’assurent de la rentabilité de leurs entreprises et d’un héritage à léguer à leurs enfants.

Le parcours de Robert Conroy ne s’arrête pas là. En plus d’exercer un rôle majeur sur l’économie d’Aylmer et de la région de l’Outaouais, il s’investit en politique municipale. À cette époque, Aylmer devient le premier village incorporé de la région, avant Hull et Bytown. Conroy fait partie du premier conseil municipal à titre d’échevin entre 1847 et 1849. Il en devient maire, de 1857 à 1860, puis à nouveau conseiller de 1860 à 1862 et, enfin, il est réélu maire en janvier 1866 jusqu’à sa mort, le 5 avril 1868, à l’âge de 58 ans. Il repose désormais au cimetière Bellevue.

Ainsi, durant la première partie du 19e siècle, Robert Conroy contribue au développement de l’industrie forestière, des voies de communication et du réseau de transport en Outaouais. Bref, ce fin renard a su faire fructifier ses actifs où plusieurs ont échoué. Il demeure qu’il n’aurait pu arriver à se démarquer dans l’économie régionale sans l’appui de son épouse, Mary McConnell, et de sa belle-famille. En outre, il a su collaborer avec l’élite locale pour tirer son épingle du jeu.

Le décès de Robert Conroy et de plusieurs bâtisseurs d’Aylmer, en 1868, va marquer la fin de l’âge d’or de cette petite communauté riveraine sans pour autant marquer la fin de la famille Conroy à cet endroit. La veuve, Mrs Robert Conroy, et ses enfants sauront faire valoir leur savoir-faire et leur sens de l’initiative, ce qui mènera l’Outaouais à l’aube de sa plus grande période d’industrialisation.

Par Lynne Rodier et Sophie Tremblay

NOTES

[1] Pommainville, Les bateaux à vapeur d’Aylmer, p. 30.

[2] Gourlay, The Ottawa Valley, p. 172.

[3] Wilson, A history of old Bytown and Vicinity, p. 67.

[4] Guitard, Quartier de Deschênes, p. 8.

[5] Bégin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 23.

[6] Howes, The Descendants of Robert McConnell & Eleanor McDonald.

[7] Gard, Pioneers of the Upper Ottawa.

[8] Taché, Nord de l’Outaouais, p. 204 ; Leroux L’autre Outaouais, p. 113 ; Pommainville, Les bateaux à vapeur d’Aylmer, p. 30-33 ; Bégin, Le chemin et le «port» d’Aylmer, p. 6.

[9] Aldred, Le Chemin d’Aylmer, p. 25.

[10] Taché, Le Nord de l’Outaouais, p. 203.

[11] BAnQ, P154, D8, Inventaire d’évaluation de R & W Conroy’s Real Estate, Will Property and Timber Limits, 30 novembre 1883 ; Bégin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 23 ; Beaulieu, Leclerc et Lapointe, Aylmer et l’industrie du bois de sciage, p. 36

[12] Bégin, De l’Auberge Conroy à l’hôtel British, p. 24.

[13] Blair, Villes et villages de la région de la Capitale nationale, p. 56 ; Bégin, De l’Auberge Conroy à l’hôtel British, p. 25.

[14] Bégin, De l’Auberge Conroy à l’hôtel British, p. 26.

[15] Tiré du journal Ottawa Citizen : « The following gentlemen, resident in the neighbourhood will furnish on application all needful advice and information; and they have undertaken to give the fullest direction to Emigrants, whether their subject be labour or settlement; – Joseph Aumond, Esq. Bytown; Messrs, C & R McDonnell, do; John Egan & Co., Aylmer; John Foran, Esq.; Robert Conroy, Esq., do; […] dans Reid, Upper Ottawa Valley, p. 168.

[16] Sur l’enregistrement de baptême de Charlotte Anne Conroy, la mention Tavern Keeper est rayée dans le registre paroissial de l’église Saint James. Saint James, Hull, Lower Canada, covering the years 1831-1853, Parish Register 429, p. 129.

[17] Bégin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 37.

[18] Reid, The Upper Ottawa Valley to 1855, p. lxvi.

[19] Parish register for Saint James’s Church, Hull, Lower Canada, covering the years 1831-1853, Parish Register 429, p. 129.

[20] Lee, The Lumber Kings & Shantymen, p. 27 ; Reid, Upper Ottawa Valley, p. 168.

[21] Dans Lee, The Lumber Kings & Shantymen, p. 27 : John Egan a deux scieries sur la rivière Bonnechère dans le comté de Renfrew et une autre à Quyon dans le comté du Pontiac. Ces deux localités ont accès aux quais de transbordement de Robert Conroy et aux services des bateaux à vapeur naviguant du bas des rapides des Chats jusqu’à Aylmer.

[22] Reid, Upper Ottawa Valley, p. 168.

[23] BAnQ, P154, D6/1, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879.

[24] Beaulieu, Leclerc et Lapointe, Aylmer et l’industrie du bois de sciage, p. 35.

[25] La construction du moulin à farine introduit l’usage industriel de la vapeur à Aylmer. Les actionnaires sont Robert Conroy, John Egan, Charles Symmes et Harvey Parker, dans Bégin, De l’Auberge Conroy à l’hôtel British, p. 25.

[26] Pommainville, Les bateaux à vapeur d’Aylmer, p. 31.

[27] Robert Conroy détient toujours des actions dans cette compagnie à son décès en 1868. BAnQ, P154 D6, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879.

[28] Les procédés de macadamisage consistaient à poser une fine couche de pierre concassée sur la route afin de former une surface de gravier bien tassé permettant de garder l’assiette de la route sèche et solide en tout temps. Dans Aldred, Le chemin d’Aylmer, p. 33.

[29] Aldred, Le chemin d’Aylmer, p. 31 ; Ville d’Aylmer, Symmes, p. 15.

[30] Bégin, Le chemin et le « port » d’Aylmer, p. 6.

[31] Reid, The Upper Ottawa Valley to 1855, p. lxxxvii-lxviii.

[32] Ibid.

[33] Ibid.

[34] Gaffield, L’histoire de l’Outaouais, p. 137.

[35] BAnQ, P154, D6/1, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879 ; BAnQ, P154, D7, Transfert des propriétés de l’inventaire Mary McConnell à Robert H. et W. J. Conroy, 27 septembre 1880 ; BAnQ, P154, D7, Deed of sale, Maria Jane Conroy, John Nelson, Mary Conroy, John S. Dennis jr, James Conroy, Eleanor Conroy, Alfred Driscoll and Ida H. L. Conroy to Robert Hugues Conroy & W. J. Conroy, registered in the County of Ottawa, Vol. 9, A, 7th day of May 1887.

[36] Aldred, Aylmer, Québec, p. 56 ; Bégin, De l’Auberge Conroy à l’hôtel British, p. 25.

[37] BAnQ, P154, D6/1, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879 ; BAnQ, P154, D7, Transfert des propriétés de l’inventaire Mary McConnell à Robert H. et W. J. Conroy, 27 septembre 1880 ; BAnQ, P154, D7, Deed of sale, Maria Jane Conroy, John Nelson, Mary Conroy, John S. Dennis jr, James Conroy, Eleanor Conroy, Alfred Driscoll and Ida H. L. Conroy to Robert Hugues Conroy & W. J. Conroy, registered in the County of Ottawa, Vol. 9, A, 7th day of May 1887.

[38] Ibid.

[39] BAnQ, P154, D6/1, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879 ; BAnQ, P154, D7, Transfert des propriétés de l’inventaire Mary McConnell à Robert H. et W. J. Conroy, 27 septembre 1880.

Bibliographie

Aldred, Diane. Aylmer Québec, It’s heritage / son patrimoine. Association du patrimoine d’Aylmer, Aylmer (Québec), 1989, 228 p.

Aldred, Diane. Le Chemin d’Aylmer, une histoire illustré / The Aylmer Road, An illustrated history. Association du patrimoine d’Aylmer, Aylmer (Québec), 1993, 256 p.

Beaulieu, Marc, Louise Leclerc et Pierre-Louis Lapointe. « Aylmer et l’industrie du bois de sciage ». Les grands moments d’Aylmer, 150 ans d’histoire à Aylmer, Québec, 1847-1997, Outaouais No 5, Musée d’Aylmer, p. 34-38.

Bégin, Richard M. pour l’Association du patrimoine d’Aylmer. De l’auberge Conroy à l’hôtel British, Plus de 150 ans d’histoire à Aylmer. Association du patrimoine d’Aylmer, Aylmer (Québec), 1993, 119 p.

Bégin, Richard M. « Le chemin et le port d’Aylmer : la voie de l’Outaouais supérieur ». Histoire Québec, vol. 11, no 1, 2005, p. 4-11.

Brault, Lucien. Aylmer d’hier/ Aylmer of Yesterday. Institut d’histoire de l’Outaouais, Aylmer (Québec), 1981, 269 p.

Gaffield, Chad et al. L’histoire de l’Outaouais. Les régions du Québec ; 6, Institut québécois de recherche sur la culture, 1994, Québec, 869 p.

Gard, Anson. Pioneers of the Upper Ottawa and Humors of the Valley – With new Introduction by Ryan Taylor (1999). Image reprint CD (Milton, Ontario: Global Heritage Press, 1999, (2009).

Gourlay, J. M. History of The Ottawa Valley (1896, 2008), new index by Mary Bole (2010). image reprint CD, (Milton, Ontario: Global Heritage Press, 2010) et Nabu Public Domain, États-Unis, (Reprints), 288 p.

Guitard, Michelle. Quartier de Deschênes, Énoncé d’importance et historique. Association des résidents de Deschênes et l’Association du patrimoine d’Aylmer, Gatineau (Québec), octobre 2012, 36 p.

Howes, Elaine. The Descendants of Robert McConnell & Eleanor McDonald. The Island Register, dernière mise à jour : 19 octobre 2008.

En ligne :

http://www.islandregister.com/mcconnell1.html (Consulté le 28 novembre 2013)

Lee David, The Lumber Kings & Shantymen, Logging and Lumbering in the Ottawa Valley, James Lorimer & Company LTD, Publishers, Toronto (Ontario), 272 p.

Leroux, Manon. L’autre Outaouais, Guide de découverte du patrimoine. Société Pièce sur Pièce, Gatineau (Québec), 2012, 607 pages.

Mondoux, Michelle et al. Les grands moments d’Aylmer’s Great past times, 150 ans d’histoire à Aylmer Québec 1847-1997. Musée d’Aylmer et Société d’histoire de l’Outaouais, Hull (Québec), 1997, 114 pages.

Newton, Michael. Some notes on Bytown and the fur trade, The Historical Society of Ottawa. Bytown Pamphlet Series. No 5, 1991, p. 1-30.

Drew Pommainville, Patricia. « Les bateaux à vapeur d’Aylmer ». Les grands moments d’Aylmer, 150 ans d’histoire à Aylmer, Québec, 1847-1997, Outaouais No 5, Musée d’Aylmer, p. 30-33.

Reid, Richard M. The Upper Ottawa Valley to 1855. Carleton University Series, The Champlain Society in Cooperation with the Ontario Heritage Foundation, Carleton University Press, Ottawa, 1990, 354 p.

Taché, Louis et al. Le Nord de l’Outaouais. Manuel-Répertoire d’Histoire et de Géographie régionales. Le Droit, Ottawa, 1938, 396 p.

Ville d’Aylmer. Aylmer. Un passé riche, un avenir prometteur. Aylmer (Québec), juin 1989, 19 p.

Ville d’Aylmer. Symmes Landing, Recherche historique et évaluation patrimoniale du site de Symmes Landing situé dans la ville d’Aylmer, comté de Hull. Direction du patrimoine du ministère des Affaires culturelles (Québec) et la division des Affaires publiques de la Commission de la Capitale nationale (Ottawa), 1983.

Wilson, Andrew. A history of old Bytown and Vicinity, now the City of Ottawa. Daily News, 1876. Copie Numérisée – A history of old Bytown and Vicinity, now the City of Ottawa

(Consulté le 16 septembre 2013).

Document d’archives

Bibliothèque et Archives Canada, Public archives of Canada, Microfilm, 1955, Recensements- 1851, Sheet Number : 16, Recensement personnel – District de recensement, no 1, de/of village Aylmer 31, Feuilles 1-2-3.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Fonds de la famille Conroy, P154. Centre d’archives de l’Outaouais, Gatineau (Québec).

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, E21, S555, SS1, SSS1, PH.17A, Fonds Ministère des Terres et Forêts, Davis, Theodore, Plan of part of the Township of Hull situated on the northerly side of the Ottawa River in the Province of Lower Canada, Signé en 1802, Cartothèque, Centre d’archives de Montréal, Montréal (Québec).

Saint-James. Parish register for Saint James’s Church. Hull, Lower Canada, 1831-1853 [Parish Register 429].

Brasser les affaires et l’âge d’or d’Aylmer, Canada-Est, 1840-1870

Brasser les affaires et l’âge d’or d’Aylmer, Canada-Est, 1840-1870

Brasser les affaires en région de colonisation

Quand il s’agit de brasser les affaires en Outaouais au 19e siècle, nous découvrons des personnalités fortes, énergétiques et persévérantes. Ce troisième article de la série les Bâtisseurs de l’Outaouais se penche sur le monde des affaires de Robert Conroy d’Aylmer. Dès son arrivée dans la région de l’Outaouais au début des années 1830, la vapeur fournit l’énergie nécessaire aux premières manufactures ne pouvant pas compter sur les forces hydrauliques des eaux calmes du lac Deschênes dans cette section de la rivière des Outaouais. Dès 1840 autour du réseau des trois portages des Chaudières, c’est dans le domaine du transport que la vapeur sert bien les marchands d’Aylmer malgré les difficultés que lui posent les obstacles naturels de la rivière des Outaouais. Cette jeune municipalité est le dernier village à l’ouest de Montréal. D’ailleurs, les voyageurs, les travailleurs forestiers et les colons se rendent à Aylmer pour atteindre les pays d’En-haut grâce au réseau de transport mis en place par l’élite marchande du canton de Hull au Canada-Est. Robert Conroy sait d’abord s’illustrer en tant que marchand et hôtelier dans cette communauté riveraine ayant regard vers l’Ouest des Canadas.

Bateaux à vapeur à la chute des Chaudières
George Munro Grant, Picturesque Canada; The Country as it Was and Is, Toronto, Belden Brothers, 1882, volume 1, p. 157.

La navigation et la vapeur Dans la région, les premiers bateaux à vapeur permettent le passage d’un nombre croissant d’immigrants et de marchandise voyageant en amont ou en aval de la chute des Chaudières dans le canton de Hull. Les succès d’Aylmer, le premier village du canton, reposent sur les moyens d’accéder à la partie supérieure de la rivière des Outaouais. Ainsi, l’élite d’Aylmer contribuent financièrement à l’essor du réseau routier et des voies d’accès à la rivière des Outaouais. Elle veille à développer des moyens de communication efficace afin d’inscrire la jeune communauté sur l’échiquier d’influence économique et politique de la région de l’Outaouais. Le débarcadère de L’abord-à-Symmes à Aylmer devient ainsi un lieu fort achalandé agissant à titre de point de liaison maritime et routier entre le Canada-Est, le Canada-Ouest et le Territoire du Nord-Ouest.

Religieux en train de méditer, BACc013569k,
Religieux en train de méditer, un vapeur sur l’Outaouais supérieur,
BACc013569k,

Robert Conroy, Esquire Il est intéressant de voir aux ambitions et aux aspirations d’une famille marchande du Canada-Est à travers un homme qui sait brasser les affaires en Outaouais. L’histoire du monde des affaires de Robert Conroy nous mène vers celle d’Aylmer. Déjà à la fin des années 1830, Robert Conroy a des champs d’intérêt commerciaux diversifiés à titre de marchand, de magasinier et d’hôtelier. Il connaît de près la problématique du transbordement et du transport au Canada grâce à ses contacts étroits avec les exploitants forestiers et les pionniers de la région. En s’installant à Aylmer, Robert Conroy collabore au développement des voies de communication et de transport. Il est parmi l’élite marchande de la région de l’Outaouais d’où son titre sur l’ensemble des documents légaux s’inscrit : Esquire.

Robert Conroy, BAnQ - 07H_P137S4D11P21
Robert Conroy,
BAnQ – 07H_P137S4D11P21

L’hôtellerie et les auberges Conroy

En 1834, Robert Conroy érige son premier hôtel, l’Aylmer, à proximité des bâtiments construits en 1822 par les Wright pour Charles Symmes sur la rue Principale[1]. Charles Symmes est d’ailleurs considéré de plein droit le fondateur du village d’Aylmer [2]. En 1836, Robert Conroy tient aussi l’auberge de pierre (auberge Symmes), menant au quai de L’abord-à-Symmes (Symmes Landing), jusqu’à la fin du projet de construction de son propre hôtel, le British. Quelques années plus tard, Conroy se porte acquéreur de ces installations qui comprennent l’auberge, le quai d’embarquement et le magasin-entrepôt et qui sont mieux connu sous le nom Symmes Landing[3]. Les hôtels et les services de transport soutiennent cette jeune communauté regardant rêveusement vers l’Ouest. «Symmes Landing prend vite figure de port de mer, alors qu’il n’était guère question de Bytown, encore moins de Hull[4]. » En collaborant ainsi avec les bâtisseurs de l’Outaouais, Robert Conroy s’engagent dans des démarches et des actions conduisant vers l’âge d’or d’Aylmer entre 1830 et 1870.

Aylmer, Upper Canada. ca. 1841, Bartlett, W. H. (William Henry), 1809-1854. QUE. : Aylmer ca. 1841. No. MIKAN 2840127
Aylmer, Upper Canada.
ca. 1841,
Bartlett, W. H. (William Henry), 1809-1854.
QUE. : Aylmer ca. 1841.
No. MIKAN 2840127

L’hôtellerie et le transport sur le lac Deschênes L’ensemble des hôtels sert de point de relais pour les voyageurs et les travailleurs en transit entre les chutes des Chaudières et le lac Deschênes. Un service de diligences assure la liaison routière de Hull et de Bytown par le chemin d’Aylmer jusqu’aux auberges Conroy sur la rive nord-ouest du lac Deschênes. Les passagers sont encouragés à passer leur nuit à Aylmer. Frais et dispos, les voyageurs s’embarquent au quai de L’abord-à-Symmes pour se rendre vers le nord-ouest des Canadas. Les services de bateau à vapeur assurent la navette entre Aylmer (comté d’Ottawa, Canada-Est) et la partie ouest au bas du Saults-des-Chats[5. D’ailleurs, le chemin Hull-Aylmer est la première route à jouir d’un service permanent de transport en Outaouais et ce, fonctionnel, en partie, douze mois par année[6].

Extrait de la gravure de Stent et Laver de 1877-Pont de l'Union (pont des Chaudières), En bas à gauche de l'image, il est possible de voir la route macadamisée : chemin d'Aylmer.
Extrait de la gravure de Stent et Laver de 1877-Pont de l’Union (pont des Chaudières),
En bas à gauche de l’image, il est possible de voir la route macadamisée : chemin d’Aylmer.

Hôtel British :

Symbole d’innovation en architecture

Sketch of the British Hotel in Aylmer, Quebec 71, rue Principale Built by Robert Conroy in 1834 Drawing Source: National Capital Commission Heritage, page 37
Sketch of the British Hotel in Aylmer, Quebec
71, rue Principale Gatineau
Construit par Robert Conroy en 1834
Source : Patrimoine de la Commission de la capitale nationale du Canada,
page 37

C’est à la même période, entre 1834 et 1838, que Robert Conroy entreprend la construction de son fameux hôtel British[7]. L’architecture de l’hôtel British est réfléchie. Les murs de plus d’un mètre d’épaisseur protègent efficacement contre le froid hivernal. Selon Richard Bégin : « On rapporte qu’aucun autre hôtel ne pouvait s’y comparer au Canada, à l’époque; Bytown (Ottawa) n’avait alors qu’une simple cabane en bois rond comme hôtel, près du pont des Sapeurs.[8] »  Au 19e siècle, l’hôtel compte plusieurs bâtiments, dont l’auberge originale, l’ancienne résidence des Conroy et l’écurie à l’arrière. Sur place, le voyageur bénéficie des services de location de chevaux et de voitures.

Haut lieu d’activités d’Aylmer

Servant autant pour les soirées mondaines, d’église, d’école, de salle d’assemblée au premier conseil municipal et temporairement, de Cour supérieure du district d’Ottawa, le luxueux hôtel British attire l’élite de passage dans la région. D’ailleurs, le prince de Galle est venu assister à un bal à l’occasion de son passage à Aylmer en 1860[9]. Selon les rumeurs, l’assassin de Thomas D’Arcy McGee s’est brièvement présenté aux funérailles de Robert Conroy, décédé le 8 avril 1868, le lendemain du meurtre[10]. Le premier ministre du Canada, John A. McDonald, est semble-t-il[11], aussi familier avec ce fameux hôtel d’Aylmer et enfin, toujours selon les rumeurs, Louis Cyr figure sur la liste des invités de passage en 1898[12]. Les seuls registres ayant survécu jusqu’à aujourd’hui nous révèlent qu’en 1895, il se tient une réunion entre Mackenzie Bowell (premier ministre du Canada), Sir Charles Tupper (son successeur quelques mois plus tard), Adolphe Caron (ministre des postes) et Julius G. Lay du consul général des États-Unis au Canada. Ces hommes séjournent au British pendant la même période où se discute la question des problèmes scolaires des écoles francophones du Manitoba[13]. Enfin, toujours selon Richard Bégin : « C’est aussi derrière ces murs de pierre que furent probablement conçu les projets d’un canal de la baie Georgienne, un projet qui fut la source de débats parlementaires pendant plus de 50 ans et qui aurait peut-être assuré l’avenir d’Aylmer.[14] » Ce projet était parmi les plans initiaux de liaison sur la rivière des Outaouais entre Montréal afin d’atteindre par la rivière Matawa et le lac Nippissing, la baie Georgienne et le lac Huron qui auraient transformé de façon inégale le développement économique des régions concernées dont faisait partie la région de l’Outaouais.

Cote : P154, S1, D1, p20 ; Fonds de la famille Conroy ; Photographie - hôtel British dans : Souvenirs Folder containing 16 photographic Views of Aylmer
Cote : P154, S1, D1, p20 ;
Fonds de la famille Conroy ;
Photographie – hôtel British
dans : Souvenirs Folder containing 16 photographic Views of Aylmer

Lumberer :

Marchand, négociant, politicien

À Aylmer, Robert Conroy et John Egan sont séduits par l’essor des activités de transbordement sur le lac Deschênes. Entre 1840 et 1850, Robert Conroy ne détient toujours aucune limite forestière[15], malgré le fait qu’il soit un négociant de bois et un marchand (lumberer[16]) ayant rapporté de nombreux radeaux de bois sur la rivière des Outaouais. Les lumberers jouent un rôle très actif dans leur communauté et plusieurs sont des politiciens à l’exemple de John Egan (maire d’Aylmer, député à l’Assemblée nationale) et Robert Conroy (échevin et maire d’Aylmer). À Aylmer, les habitants obtiennent la permission de constituer un village indépendant du reste du canton avec leur propre conseil élu en 1847[17]. Diane Aldred ajoute : « Grâce à leur persévérance et à leurs décisions éclairées, la ville (Aylmer) prospère et se développe à un rythme accéléré durant les années 1850 et 1860[18]. »

Glissoir sur la rivière des Outaouais, rapides des Chats. 1840 Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1983-47-8 Copyright: Expired Mikan no. 2833524
Glissoir sur la rivière des Outaouais, rapides des Chats. 1840
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1983-47-8 Copyright: Expired
Mikan no. 2833524

  Le transport de bois sur la rivière des Outaouais

Timber Slide at Les Chats.sm
Timber Slide at ‘Les Chats’ (Upper Canada)

John Egan a de grandes concessions forestières dans les comtés de Renfrew (rivière Madawaska et région de Chalk River au Canada- Ouest[19]) et du Pontiac (Canada-Est)[20]. Grâce aux vastes limites forestières de la famille McConnell et de John Egan ainsi que ses liens avec les marchands locaux, Robert Conroy se démarque dans l’acheminement des ressources forestières dans la région de l’Outaouais. Cette association donne au commerce du bois un caractère systématique d’une entreprise[21]. Ces hommes fondent des entreprises, des villages, voire même l’ambition d’un pays[22]. Ils ont une influence considérable sur la main d’œuvre et la colonisation en Outaouais. Il reste alors à acheminer le bois au bas de la chute des Chaudières. Ainsi, les grands radeaux de bois poursuivent leur route vers le sud et les États-Unis par le canal Rideau ou par la rivière des Outaouais vers Montréal pour ensuite rejoindre le fleuve vers Québec où attendent les marchands britanniques afin d’exporter les grosses pièces de bois équarri vers la Grande-Bretagne.

Gros radeau sur le fleuve Saint-Laurent. 1838. Aquarelle avec touches d'encre noire et raclage sur crayon sur papier vélin.  Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896090.
Gros radeau sur le fleuve Saint-Laurent.
1838.
Aquarelle avec touches d’encre noire et raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896090.

Transport du bois sur le lac Deschênes

Avant Egan : « Le commerce du bois sur la rivière des Outaouais n’était rien de plus qu’une aventure insensée[23]. » Les lumberers sont de l’élite de la région de l’Outaouais. Les titres de noblesse souvent associés à ces rois et aux barons des forêts démontrent de l’autorité que ces hommes exercent sur l’économie régionale. Les lumberers détiennent généralement de larges limites forestières, souvent des terres de la Couronne, et gèrent une main-d’œuvre abondante. John Egan innove en creusant des canaux pour faire passer les ressources et en installant des scieries pour que le bois soit coupé sur place. Egan cherche aussi à retenir la main d’œuvre près de ces concessions forestières. Alors, il encourage l’ouverture au peuplement sur les deux rives de la rivière des Outaouais. Les grands lumberers voient à la production, à la transformation, au transport et au financement de l’industrie du bois. Ils assument alors tous les risques dans le domaine de la foresterie. D’ailleurs, Gaffield ajoute : «Étant donné la forte stratification des groupes économiques dans la région, quelques membres se révèlent plus en mesure que d’autres de se protéger : certains font face à la faillite, d’autres à la misère[25]. »

The Timber Raft. ca. 1868 Hopkins, Frances Ann, 1838-1918. BAC no Mikan - 2838095
The Timber Raft. ca. 1868
Hopkins, Frances Ann, 1838-1918.
BAC no Mikan – 2838095

Difficultés du transport fluvial au 19e siècle

Les chutes au Chat sur l’Outaouais. 1821. John Elliott Woolford (1778-1866). Musée des beaux-arts du Canada, 42324.80.
Les chutes au Chat sur l’Outaouais. 1821.
John Elliott Woolford (1778-1866).
Musée des beaux-arts du Canada, 42324.80.

La stabilité dans le transport est un facteur d’influence où les risques déterminent le succès ou la perte de l’élite marchande, car il peut s’écouler de 6 à 24 mois avant que le bois sorti de la forêt fasse son entrée sur le marché d’exportation. Les prix du bois peuvent fluctuer énormément en peu de temps. Il importe ainsi pour le lumberer de profiter du marché quand les prix sont profitables. À ces débuts, Robert Conroy investit d’avantage dans l’établissement de quais d’embarquement plutôt que les limites forestières. Il détient entre autres, des installations permettant le transport entre le Saults-des-Chats et les rapides Deschênes.

Conroy's Chute at Chats Falls. Topley Series SC  Credit: William James Topley/Library and Archives Canada/PA-009336 Restrictions on use: Nil Copyright: Expired MIKAN no 3319056
Conroy’s Chute at Chats Falls.
Topley Series SC
Credit: William James Topley/Library and Archives Canada/PA-009336
Restrictions on use: Nil
Copyright: Expired
MIKAN no 3319056

Robert Conroy exerce une influence certaine sur l’ensemble de l’activité fluviale sur le lac Deschênes. Il est installé dans la région de Bonnechère (dont le lac et la rivière sont un affluent de la rivière des Outaouais, Canada-Ouest). Ces installations comprennent un quai d’embarquement et un magasin-entrepôt. De ces installations, le bois s’achemine par un réseau de glissoirs au bas des chutes au Chat atteignant ainsi la partie la plus à l’ouest du lac Deschênes. Au retour, les services de navigation à vapeur assurent le transport de la main d’œuvre, des colons et de la marchandise nécessaire au développement de la vallée de l’Outaouais au 19e siècle.

Chats Falls timber slide, Fitzroy Harbour Ont. Repairing the slide Circa : 5 July 1899 Library and Archives Canada / PA--058031 Restrictions on use: Nil Copyright: Expired MIKAN no 3372374
Chats Falls timber slide, Fitzroy Harbour Ont. Repairing the slide
Circa : 5 July 1899
Library and Archives Canada / PA–058031
MIKAN no 3372374

Le quai d’embarquement d’Aylmer Aylmer.MF.smDéjà en 1836, Charles Symmes invite Robert Conroy à gérer ses installations au quai de débarquement installé au bout du chemin d’Aylmer à L’abord-à-Symmes (Turnpike End)[29]. La famille Conroy vient qu’à acquérir ces installations. C’est aussi à Aylmer que Robert Conroy s’affaire à recruter la main-d’œuvre nécessaire à l’exploitation forestière sur l’Outaouais supérieur. Une publicité parue dans le journal, The Citizen de 1851, annonce : « The following gentlemen, resident in the neighbourhood will furnish on application all needful advice and information ; and they have undertaken to give the fullest direction to Emigrants, whether their subject be labour or Settlement[30]. » Robert Conroy, Esquire, fait partie de la liste de ces recruteurs. D’ailleurs dès les années 1850, Robert Conroy est un acteur important dans le recrutement de la main-d’œuvre et dans l’établissement des colons en Outaouais[26]. L’industrie forestière attire plus de 25 000 à 30 000 hommes à cause de l’accroissement de la demande pour les ressources forestières de la région de l’Outaouais[27]. Conroy n’hésite pas à utiliser son influence pour contrôler la main-d’œuvre comme en fait foi cette notice publiée dans l’Aylmer Times, le 22 août 1856: Ran Away – Public Notice is hereby given, that Francis Hilaire, Joseph Perrin, Noah Fortier and M. A. Fortier have absconded from my employment, while the term for which they were engaged, is yet inexpired. Any person HIRING or EMPLOYING THESE MEN will be prosecuted by the Subscriber. -Robert Conroy[28]. La descente vers la chute des Chaudières

Frances Anne Hopkin, Descente des rapides, Québec (Québec ),  Collection Hopkin, Bibliothèque et Archives du Canada, 1879
Frances Anne Hopkin, Descente des rapides, Québec (Québec ), Collection Hopkin, Bibliothèque et Archives du Canada, 1879

À l’extrémité nord-est du lac Deschênes aux rapides, il y a un à trois magasins ainsi qu’un entrepôt pour le commerce des fourrures et un poste de traite toujours en activité en 1883[31]. Après 1860, l’acheminement du bois se poursuit sur la rive sud de l’Outaouais dans le canton de Nepean[32]. Conroy a là-aussi un quai d’embarquement donnant alors un accès à la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique. D’ailleurs, le passage des radeaux de bois sur l’ancien site des trois portages de la rivière des Outaouais exigeait à démanteler les nombreux radeaux des trains de bois et à faciliter ainsi les opérations risquées à partir des rapides Deschênes[33]. Il peut s’écouler jusqu’à deux semaines pour en venir à bout de cette opération dans la première partie du 19e siècle.

Les chutes Chaudière. ca 1836-1842. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896083.
Les chutes Chaudière.
ca 1836-1842.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896083.

Descente des chutes au Chat

Glissoir à Les Chats, à Bytown, au Haut-Canada. 1842 Bartlett, W. H. (William Henry), 1809-1854. BAC - Mikan no. 2934410.
Glissoir à Les Chats, à Bytown, au Haut-Canada. 1842
Bartlett, W. H. (William Henry), 1809-1854.
BAC – Mikan no. 2934410.

L’expérience dans le transport du bois n’est pas étrangère à Robert Conroy. Déjà en 1820, les frères McConnell, dont son beau-père, William McConnell, acheminent de grands radeaux de bois vers les rapides Deschênes de partance du lac Témiscamingue[34]. Les risques sont nombreux. Les hivers où il y a peu ou trop de neige rendent difficile le travail sur les chantiers. Avec peu de neige vient un faible débit des rivières compromettant la drave à cause des nombreux embouteillages sur les affluents de la rivière des Outaouais. Cette situation empêche les scieries de fonctionner à leur pleine capacité au printemps compromettant ainsi l’ensemble de la haute saison de sciage. Au contraire, lorsque le débit de la rivière des Outaouais est trop fort, on risque de voir se démanteler de façon spontanée les radeaux de bois. La forte crue des eaux risque aussi de submerger les scieries les arrêtant complètement de fonctionner tant qu’elles sont submergées[35].

Les chutes des Chaudières.  ca 1836-1842. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896084.
Les chutes des Chaudières.
ca 1836-1842.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896084.

L’ouverture de l’Ottawa Valley L’Ottawa Valley est cette vaste vallée du bassin fluvial de la section supérieure de la rivière des Outaouais située entre le lac Témiscamingue et les rapides Deschênes. C’est dans la vallée de la rivière Madawaska qu’Egan installe ses premières scieries à proximité de ses limites forestières. Il contribue directement à l’essor économique du comté de Renfrew (Canada-Ouest) fondant même le village Eganville. Il fait de même sur la rive nord de la rivière des Outaouais dans le comté du Pontiac (Canada-Est). Les lieux d’établissement assurent ainsi la stabilité de la force ouvrière de l’Ottawa Valley sur les deux rives de la rivière des Outaouais. Le service des bateaux-vapeur est assuré depuis Aylmer jusqu’à l’extrémité ouest du lac Deschênes (Frizroy Harbour, Canada-Ouest et Quyon, Canada-Est) par la Upper Ottawa Steamboat Company, dont Robert Conroy est actionnaire[36] ou la Compagnie Union Forwarding, dont Egan est propriétaire. La descente du bois d’Egan passe par un réseau de glissoirs pour atteindre les quais de transbordement de Robert Conroy et, ensuite, le lac Deschênes, cette partie élargie de la rivière des Outaouais. Ainsi, à leur retour, les bateaux à vapeur s’affairent à remorquer les radeaux de bois assemblés en amont du lac Deschênes. Le bois s’achemine de façon plus régulière avec l’usage des bateaux-remorques qui font la navette entre les rapides des Chats et Aylmer ou jusqu’aux rapides Deschênes à l’extrémité est du lac. Sur la rive nord des rapides Deschênes, une mystérieuse scierie y est installée depuis le début des années 1830[38]. À cet endroit, il se trouve aussi les terres des frères McConnell et le poste de traite Day-McGillivray[39]. À partir des rapides Deschênes, il peut s’écouler deux semaines pour en venir à bout des opérations nécessaires pour faire passer les radeaux de bois par le réseau des trois portages à partir des rapides Deschênes afin d’atteindre le bas de la chute des Chaudières à Hull (Gatineau) et Bytown (Ottawa).

Entrée du canal Rideau, Bytown, vers 1838. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC -MIKAN no. 2896304.
Entrée du canal Rideau, Bytown, vers 1838.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC -MIKAN no. 2896304.

Contrôle du transport sur le lac Deschênes

Les activités de transbordement sont nécessaires sur la rivière des Outaouais, car les risques et les dangers associés au transport y sont nombreux à cause des chutes et des rapides. Par exemple, le lac Deschênes est un grand élargissement de la rivière des Outaouais et il s’étire sur environ 30 kilomètres, en amont de la chute des Chaudières. Ce bassin fluvial naturel est situé entre deux grandes descentes de la rivière des Outaouais. Aux rapides et aux chutes des Chats, la descente est de 12 mètres avant d’atteindre les eaux calmes du lac Deschênes. En aval, le voyageur atteint le réseau des trois portages de la chute des Chaudières. Ce réseau de route et de sentiers permet de contourner la descente de 18 mètres sur cette section de la rivière des Outaouais. Le poste de traite aux rapides Deschênes est un lieu d’arrêt obligatoire pour tous les voyageurs qui ne s’arrêtent pas à Aylmer. L’ajout d’un réseau routier permanent est nécessaire pour assurer l’accès aux lieux de transbordement 12 mois par année. Le chemin d’Aylmer, par exemple, permet de contourner les obstacles naturels sur une distance de 13 kilomètres arrivant ainsi à contourner la descente des rapides et l’immense cataracte des Chaudières marquant à elle seule un dénivellement de plus de 10 mètres de hauteur [40].

Chutes Chaudière. Juillet 1838. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896137.
Chutes Chaudière.
Juillet 1838.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896137.

En assurant les activités de transport sur le lac Deschênes, la famille Conroy se démarque dans l’activité fluviale et le développement du transport en Outaouais. Ses efforts dans le développement du réseau de communication et de ses activités de transbordement assurent la prospérité de ce lumberer du comté de l’Ottawa du Canada-Est. Conroy et ses associations d’affaires arrivent à intégrer les activités de transbordement sur le lac Deschênes à un réseau de transport complexe exigeant un grand nombre d’infrastructures afin d’assurer une activité fluviale efficace, surtout dans le domaine du bois équarri et de sciage sur la rivière des Outaouais jusqu’au début de la première guerre au 20e siècle. Bien que Robert Conroy n’obtienne que le titre de baron du bois, il va de soi qu’il est le roi du transport des ressources et de la main d’oeuvre du domaine de la forêt sur les eaux calmes du lac Deschênes.

[Conroy Lumber Mills] Bibliothèque et Archives Canada, a013224-v6, MIKAN  # 3371910
[Conroy Lumber Mills]
Bibliothèque et Archives Canada, a013224-v6,
MIKAN # 3371910

Témoins de la prospérité de la famille Conroy

Lakeview HousePar ailleurs, le patrimoine immobilier de la famille Conroy démontre de son influence à Aylmer.  Cette famille réside d’abord dans la grande maison à ossature de bois au 78 rue Principale qui fut construite par Philemon Wright pour son neveu, Charles Symmes en 1822. Les Conroy y résident entre 1834 et 1841. Les biens fonciers des Conroy témoignent de leur prospérité. Elle dirige quatre hôtels dans le village dont l’auberge de pierre Symmes et le luxueux hôtel, le British, où la famille y réside jusqu’en 1845[41]. La famille aménage ensuite sa première résidence de pierre au 72 Principale, maintenant appelée la maison Conroy-Driscoll. En 1855, elle s’installe dans une des résidences de pierre des plus prestigieuses,  Lakeview, au cœur du village d’Aylmer, à une distance de marche de leurs hôtels et de L’abord-à-Symmes. « Lakeview témoigne de la prospérité de Conroy » selon Diane Aldred. Située au 61, rue Principale, cette maison de pierres polies est entourée de deux acres de terrain et elle a alors une vue splendide sur le lac Deschênes. « Vers 1860, Robert Conroy achète l’ancienne maison de Moses Holt pour la louer ensuite à différents locataires jusqu’en 1885[42]Lumberers-png Les rapides et le lac Deschênes On commence tout juste à comprendre que les rapides et le lac Deschênes jouent un rôle important dans les activités de transbordement et le transport fluvial au 19e siècle. La famille Conroy détient un vaste inventaire foncier le long du chemin d’Aylmer menant aussi à leur homestead riverain de L’abord-à-Symmes et leurs luxueux hôtels de ce premier village du canton de Hull sur les rives du lac Deschênes. Il demeure que l’essor aux rapides Deschênes ne fait toujours pas partie des préoccupations de Robert Conroy. Il ne met pas en place les premières industries de cet ancien poste de traite aux rapides Deschênes. C’est à son épouse, Mary McConnell, que reviennent les titres de cette propriété. En fait, William McConnell, le père de Mary, semble détenir les titres du lot 15-a aux rapides Deschênes. Il transfère ses droits à sa fille, Mary McConnell, pour la somme symbolique de cinq shillings, le lot riverain de 100 acres ayant appartenu à son oncle, James[43], avec la permission de son époux et la collaboration de son père, William[44], de son cousin Richard[45], de Charles Symmes et de Murdoch McGillivray[46]. Ainsi, en 1857, Mary McConnell, l’épouse de Robert Conroy, se porte acquéreur du lot 15-a, rang 1, de son oncle James, donnant accès à la scierie et aux routes principales du canton de Hull. C’est sur cette propriété que la famille Conroy y modernise les scieries et le moulin à farine. À son tour, Robert Conroy acquiert le lot 15-b, rang 1, où se trouve cette ancienne scierie et le poste de traite aux rapides Deschênes en 1860.

Bibliothèque et Archives Canada : C-002772 Crédit : BAC, No. Acc. 1989-401-4
Groupe de voyageurs autour d’un camp de feu ca. 1870
Source : Bibliothèque et Archives Canada C-002772
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada Acc. No. 1989-401-4

Conclusion de la partie 3 de 4

L’histoire de la famille Conroy à Deschênes laisse entrevoir une autre histoire au moment que s’achève l’âge d’or d’Aylmer. Elle se penche sur le vécu d’une femme d’affaires prenant possession d’une terre au 19e siècle avec la permission de son époux[47]. Mary McConnell doit en temps que veuve assurer l’établissement de la majorité de ses enfants qui sont encore d’âge mineur[48]. « Jusqu’à présent, à Québec comme ailleurs, elles (les femmes) n’ont cessé d’occuper une place importante, mais très souvent discrète, dans la création et la direction d’entreprises de toutes sortes[49]. » Mary McConnell ne se distingue pas des autres femmes d’affaires nées au Bas-Canada. « Outre le soin des enfants, elles jouent un rôle de premier plan dans le maintien des relations familiales et sociales et prennent en charge la conduite des affaires de leur mari[50]. » C’est au décès de son époux, en 1868, que la veuve, Mrs Robert Conroy[51], voit directement au développement des premières industries aux rapides Deschênes. Desrochers ajoute : « Le fait que plusieurs épouses ont été en mesure de prendre la relève au décès de leur mari montre à quel point elles étaient intégrées à la gestion des affaires durant leur mariage[52]. » Ainsi, on attribue habituellement à Robert Conroy ou à ses fils l’essor des premières industries à Deschênes et il se sous-estime alors le rôle de Mary McConnell dans l’essor des industries et d’une ferme prospère faisant partie de l’inventaire de la famille Conroy au moment même que l’âge d’or d’Aylmer amorce son déclin.

[Conroy Lumber Mills] BAC-MIKAN 3371909
[Conroy Lumber Mills]
BAC-MIKAN 3371909
[1] Begin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 24. [2] Gary Blair, Villes et villages de la région de la Capitale nationale, La Commission de la Capitale nationale, Ottawa, 1975, p. 56. [3] Manon Leroux, L’autre Outaouais, p. 113. [4] Louis Taché, Nord de l’Outaouais, p. 204. [5] Ibid. p. 3. [6] Ville d’Aylmer, Symmes Landing, p. 17. [7] Il n’est pas possible pour l’instant de déterminer avec exactitude la date des débuts des travaux de construction de l’hôtel British. [8] Richard Bégin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 26. [9] Richard Bégin, De l’auberge Conroy à l’hôtel British, p. 39 ; Diane Aldred, Aylmer, Québec, son héritage, p.15. [10]Ibid. p.41. [11]Ibid. p. 44. [12] Ibid. p.46-47. [13] Ibid. p. 44. [14] Ibid. p. 44. [15] Reid, The Upper Ottawa Valley to 1855, p. lxvi. [16] Parish register for Saint James’s Church, Hull, Lower Canada, covering the years 1831-1853, Parish Register 429, p. 129. Dans ce registre, on a rayé les mots tavern keeper pour les remplacer par lumberer. Le mot lumberer est utilisé dans ce cas-ci car, il n’y a pas de traduction dans la langue française qui met en évidence le statut élitiste de ces grands marchands et négociants de bois. [17] Diane Aldred, Aylmer Québec, son héritage, p. 13 [18]Ibid., p. 15. [19] Reid, Upper Ottawa Valley, p. 168. [20] David Lee, The Lumber Kings & Shantymen, p. 27 ; Richard M. Reid, Upper Ottawa Valley, p. 168. [21] Richard M. Reid, Egan John. [22] À l’époque, Aylmer a l’ambition de devenir la capitale du Canada. Le premier village indépendant Elle obtient la Cour supérieure du comté d’Ottawa et d’autres services publics. Pourvu d’un dossier bien étoffé, Aylmer qui est alors une communauté effervescente. Les hommes de lois, les arpenteurs établissent une élite des plus influentes sur le plan politique. Il ne faut pas oublié qu’à l’époque, qu’Aylmer est dans le comté de l’Outaouais. Le premier député élu fut Charles Dewey Day, qui aussi, sur la rive nord de la rivière des Outaouais dans le comté de l’Ottawa, ce comté bas-canadien. Leur influence sur le plan politique.   Malgré que Bytown est alors moins développé que le village d’Aylmer, attirant moins l’élite marchande, a deux lignes de chemin de fer qui lient cette communauté à la région au sud du Canada-Ouest et à Montréal. [23] Ibid. [24] D’ailleurs, ce sont les forêts de l’Outaouais qui ont servi à ériger une bonne partie des bâtiments des villes de Buffalo et de Chicago au 19e siècle. [25] Chad Gaffield, L’histoire de l’Outaouais, p. 137. [26] Tiré du Ottawa Citizen du 6 septembre 1851 dans Richard M. Reid , Upper Ottawa Valley, p. 168. [27] Tirées du Ottawa Citizen, c. 68, « An Appeal to Emigrants, September 1851 » dans Reid, Upper Ottawa Valley, p. 167. [28] Richard M. Reid, Upper Ottawa Valley, p.172. [29] Jean-Louis Lapointe, Les grands moments d’Aylmer, p. 26. [30] Tiré du Journal Ottawa Citizen du 6 septembre 1851 dans Richard M. Reid , Upper Ottawa Valley, p. 168. [31] BAnQ, P 154, D6, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879 ; BAnQ, P154, D7, Transfert des propriétés de l’inventaire Mary McConnell à Robert H. et W. J. Conroy, 27 septembre 1880, Lib. B, Vol. 24, Part. 780, No 665 ; BAnQ, P154, D7, Deed of sale, Maria Jane Conroy, John Nelson, Mary Conroy, John S. Dennis jr., James Conroy, Eleanor Conroy, Alfred Driscoll and Ida H. L. Conroy to Robert Hugues Conroy & W. J. Conroy, registered in the County of Ottawa, Vol. 9, A, 7th day of May 1887. [32] BAnQ, P 154, D6, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879. [33] David Lee, Lumberer Kings and Shantymen, p. 22. [34] Ibid. p 26-27. [35] Ibid. p. [36] BAnQ, P 154, D6, Inventaire après décès de Robert Conroy, 1879. [37] Richard Bégin, « Le chemin et le port d’Aylmer : la voie de l’Outaouais supérieur », Histoire Québec, vol. 11, no 1, 2005, p. 3. [38] Selon le témoignage de la pétition opposant James McConnell à Charles Dewey Day (voir article : La famille McConnell-Conroy, catégorie : Bâtisseurs de l’Outaouais) [39] Le chemin Vanier qui autrefois était nommé le chemin Deschênes jusqu’en 1856. [40] David Lee, Logging and Lumbering in the Ottawa Valley : Lumber Kings & Shantymen, p. 13-14 [41] La famille Conroy[41] y vit avec six de leurs dix enfants qui sont alors âgés entre 2 et 13 ans (James, Elenor, Maria, Robert Hugues, Charlotte Anne, William Jackson, et à ce s’ajoute, Ida Louise, Hannah, Mary, Edward Thomson) dans : Leroux, L’autre Outaouais, p. 109 ; La forte natalité caractérise l’ensemble des familles bas-canadiennes, toutes origines confondues, dont les enfants de la classe plus aisée garantissent la perpétuation du nom et de leur fortune, dans : Baillargeon, Brève histoire des femmes du Québec, p. 42. [42] Diane Aldred, Aylmer Québec, son héritage, p.94 [43] BAnQ,  P 154, D7, Transfert des propriétés de l’inventaire Mary McConnell à Robert H. et W. J. Conroy, 27 septembre 1880, Lib. B, Vol. 24, Part. 780, No 665. [44] BAnQ, P 154, S3, D1 / 1, Déposition de l’Affidavit de Murdoch McGillivray faite par Charles Symmes, à Aylmer, 1er juin 1857. [45] Richard McConnell est le fils de l’associé James McConnell. Sa fille, Emily, épouse James Conroy, le fils de Mary et Robert Conroy en 1864. Voir – Parish register for Saint James’s Church, Hull, Quebec, covering the years 1868-1886, Parish Register 447, page 12. BAnQ, P154, D7, Deed of sale, Maria Jane Conroy, John Nelson, Mary Conroy, John S. Dennis jr., James Conroy, Eleanor Conroy, Alfred Driscoll and Ida H. L. Conroy to Robert Hugues Conroy & W. J. Conroy, registered in the County of Ottawa, Vol. 9, A, 7th day of May 1887. C’est dans cet acte de vente qu’Emily McConnell fait reconnaître son droit douaire sur le lot 15-a. Le mot « DOWER » y est clairement énoncé. Cet acte de vente démontre aussi le pouvoir légal des femmes de la famille Conroy à transiger leur bien foncier. Elles ont autant d’autorité dans les transactions immobilières que leurs époux. Aussi, cet acte demeure vague quant aux titres fonciers des Conroy. [46] BAnQ, P154, D1 D1 / 1, Déposition de l’Affidavit de Murdoch McGillivray faite par Charles Symmes, à Aylmer, 1 juin 1857. [47] BAnQ, P154, S3, D1/1, Fonds de la famille Conroy, Acte passé devant R. A. Young, notaire. À Aylmer, le 30 mai 1857, no. 1436 de son greffe, Centre d’archives de l’Outaouais, Gatineau (Québec). [48] Cinq des neuf enfants sont d’âge mineur au décès de leur père Robert Conroy en 1868 : Robert Hugues, Charlotte Ann, William Jackson, Mary et Ida Hannah Louisa. [49] Ibid. [50] Denyse Baillargeon, Brève histoire des femmes au Québec, Boréal, Montréal (Québec), 2012, p. 50. [51] Mary McConnell, veuve de Robert Conroy d’Aylmer. [52] Lucie Desrochers, « Elles ont brassé des affaires », Cap-aux-diamants, la revue d’histoire du Québec, no 95, 2008, p. 16.

L’exploitation forestière selon Philip John Bainbrigge

L’exploitation forestière selon Philip John Bainbrigge

L’artiste-peintre, Philip John Bainbrigge, est de passage en Outaouais entre 1838 et 1842. Il a alors terminé avec succès ses études en topographie militaire et en dessin de paysage à l’académie de Woolwich en Grande-Bretagne [1]. Il arrive à Québec en 1836 et pendant son séjour au Bas-Canada, au Haut-Canada et dans les Maritimes, ce militaire peint dans le but de rendre compte des mesures de défense coloniale à la Grande-Bretagne. Bainbrigge est surtout reconnu pour ses illustrations des résultats des Rebellions du Bas-Canada de 1837-1838 où il est mandaté à faire état des lieux pendant le passage des soldats britanniques ayant affronté les patriotes[2].

En Outaouais, ses œuvres rendent plutôt compte de l’exploitation forestière après la construction du canal Rideau. Il s’intéresse aux paysages environnants de la chute des Chaudières sans pour autant s’attarder aux jeunes communautés sur la rive nord de la rivière des Outaouais. Les aquarelles révèlent ses préférences pour les paysages sauvages et le transport sur la rivière des Outaouais. De son regard, l’artiste semble encourager l’observateur à entrer en scène avec lui afin de partager les expériences de ses voyages. Il démontre aussi que le commerce du bois n’est alors rien de plus qu’une aventure insensée. Lors de son passage dans la région, les grands marchands et négociants de bois commencent tout juste de donner à leur commerce le caractère systématique d’une entreprise et de mettre en valeur leur titre de Lumberer (marchand-négociant). D’ailleurs, la fourrure est toujours plus profitable que le bois et l’agriculture aux marchands de la région de l’Outaouais durant la première partie du 19e siècle.

Alors, en observant de près les œuvres de Bainbrigge, il nous est possible de faire un retour vers une époque où les grands canots des voyageurs de la Compagnie de la Baie d’Hudson côtoient les navigateurs des radeaux de bois sur la rivière des Outaouais pour ensuite, suivre leur cours sur le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Québec. Ces ressources sont alors chargées sur des grands navires et destinées principalement au marché britannique.

Rivière Creuse sur la rivière des Outaouais

Rivière Creuse Ottawa. Mai 1841. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- Mikan 2896117
Rivière Creuse Ottawa. Mai 1841.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- Mikan 2896117

Le portage de Joachim, camp de bûcherons, près de la rivière des Outaouais.

Le portage de Joachim, camp de bûcherons, près de la rivière des Outaouais.  Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896113
Le portage de Joachim, camp de bûcherons, près de la rivière des Outaouais.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896113

Canots de la Compagnie de la Baie d’Hudson aux rapides des Chats

Canots de la Compagnie de la Baie d'Hudson aux rapides des Chats.  1838. Aquarelle avec raclage et touches d'encre noire sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2895632
Canots de la Compagnie de la Baie d’Hudson aux rapides des Chats.
1838.
Aquarelle avec raclage et touches d’encre noire sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2895632

Rapides des Chats, près d’Ottawa

Rapides des Chats, près d'Ottawa. ca. 1838-1841. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896108.
Rapides des Chats, près d’Ottawa.
ca. 1838-1841.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896108.

Glissoire sur la rivière des Outaouais, rapides des Chats

Glissoire sur la rivière des Outaouais, rapides des Chats.  1840 Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. Credit: Library and Archives Canada, Acc. No. 1983-47-8 Copyright: Expired Mikan no. 2833524
Glissoire sur la rivière des Outaouais, rapides des Chats.
1840
Aquarelle avec maculage sur crayon sur papier vélin
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- Mikan no. 2833524

Rapides sur la rivière des Outaouais, en amont de la décharge de fer

Rapides sur la rivière des Outaouais, en amont de la décharge de fer.  ca 1836-1842. Aquarelle avec pinceau et encre noire sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896081
Rapides sur la rivière des Outaouais, en amont de la décharge de fer.
ca 1836-1842.
Aquarelle avec pinceau et encre noire sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896081

Portage le long de la rivière des Outaouais

Portage le long de la rivière des Outaouais.  ca 1836-1842. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2895633.
Portage le long de la rivière des Outaouais.
ca 1836-1842.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2895633.

Bytown (Ottawa)

Bytown (Ottawa) mai, 1841. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC_ MIKAN no. 2895237
Bytown (Ottawa)
mai, 1841.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC – MIKAN no. 2895237

 Les chutes Chaudière, vues d’Ottawa

Les chutes Chaudière, vues d'Ottawa. Juillet 1838. Aquarelle avec raclage et rehaussé avec gomme arabique sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896132.
Les chutes Chaudière, vues d’Ottawa.
Juillet 1838.
Aquarelle avec raclage et rehaussé avec gomme arabique sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896132.

Les chutes Chaudière, vues de Bridge House, Ottawa.

Les chutes Chaudière, vues de Bridge House, Ottawa. ca 1836-1842. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896103.
Les chutes Chaudière, vues de Bridge House, Ottawa.
ca 1836-1842.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896103.

La fente des chutes Chaudière

Les chutes Chaudière.  ca 1836-1842. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896084.
Les chutes Chaudière.
ca 1836-1842.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896084.

 Les chutes Chaudière

Les chutes Chaudière. ca 1836-1842. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896083.
Les chutes Chaudière.
ca 1836-1842.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896083.

Chutes Chaudière

Chutes Chaudière. Juillet 1838. Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896137.
Chutes Chaudière.
Juillet 1838.
Aquarelle avec raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896137.

Entrée du canal Rideau, Bytown, vers 1838

Entrée du canal Rideau, Bytown, vers 1838. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC -MIKAN no. 2896304.
Entrée du canal Rideau, Bytown, vers 1838.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC -MIKAN no. 2896304.

 Gros radeau sur le fleuve Saint-Laurent.

Gros radeau sur le fleuve Saint-Laurent. 1838. Aquarelle avec touches d'encre noire et raclage sur crayon sur papier vélin.  Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2896090.
Gros radeau sur le fleuve Saint-Laurent.
1838.
Aquarelle avec touches d’encre noire et raclage sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2896090.

Le cap Diamant, la pointe Lévis et la Citadelle de Québec depuis l’Anse-aux-Foulons

Le cap Diamant, la pointe Lévis et la Citadelle de Québec depuis l'Anse-aux-Foulons. ca 1838. Aquarelle sur crayon sur papier vélin. Bainbrigge, Philip John, 1817-1881. BAC- MIKAN no. 2897743.
Le cap Diamant, la pointe Lévis et la Citadelle de Québec depuis l’Anse-aux-Foulons.
ca 1838.
Aquarelle sur crayon sur papier vélin.
Bainbrigge, Philip John, 1817-1881.
BAC- MIKAN no. 2897743.

[1] France Saint-Jean. Images du patriote : Objets commémoratifs, intentions variables. Thèse présentée comme exigence partielle du doctorat interuniversitaire en histoire de l’art, Université du Québec à Montréal, Janvier 2009, p. 62.

[2] Ibid.